Régimes d’épargne individuels

Les épargnes personnelles représentent la meilleure façon de combler l’écart entre vos objectifs de revenu de retraite et vos prestations combinées du gouvernement et du RRFAEC. Bien que les comptes d’épargne libres d’impôt et les régimes enregistrés d’épargne-retraite soient deux moyens populaires de mettre de l’argent de côté, les fiduciaires vous recommandent d’obtenir des conseils financiers indépendants afin de déterminer la solution qui vous convient le mieux.


Compte d’épargne libre d’impôt (CELI)

Tous les résidents du Canada de 18 ans ou plus peuvent cotiser jusqu’à 5 500 $ par année à un compte d’épargne libre d’impôt (CELI). À l’instar d’un REER, les CELI vous permettent d’épargner et d’investir votre argent sans devoir payer d’impôt à l’égard du revenu de placement ou des gains en capital.

Voici les principales différences entre un compte d’épargne libre d’impôt et un régime enregistré d’épargne-retraite:

  • Les cotisations que vous versez à un REER sont déductibles d’impôt, mais les retraits sont considérés comme un revenu imposable au cours de l’année du retrait.
  • Les cotisations au CELI ne sont pas déductibles d’impôt, mais les retraits ne sont pas assujettis au fisc.
  • Lorsque vous effectuez un retrait du CELI, des droits à cotisation représentant le montant du retrait sont rétablis l’année suivante.

Le plafond de cotisation annuel aux CELI, qui s’élève actuellement à 5 500 $, augmentera en fonction de l’inflation (en tranches de 500 $). Les droits de cotisation inutilisés peuvent être reportés indéfiniment.


Régime enregistré d’épargne-retraite (REER)

Les REER représentent une autre façon d’épargner. Vous pouvez établir un REER auprès de n’importe quelle importante institution financière. Toutes les cotisations que vous versez à un REER sont déduites de votre revenu imposable (jusqu’à concurrence des limites du gouvernement) et peuvent, ainsi, réduire grandement le montant d’impôt sur le revenu que vous payez. Les sommes investies dans votre REER, y compris le revenu de placement, s’accroissent en franchise d’impôt jusqu’à leur retrait.

La législation fiscale limite le montant que vous pouvez mettre de côté dans un REER chaque année. Actuellement, cette limite s’élève à :

  • 18 % de votre « revenu gagné » l’année précédente, jusqu’à concurrence du montant indiqué dans le tableau ci-dessous; moins
  • votre facteur d’équivalence (FE).
Année Plafond de cotisation au REER
2013 23 820 $
2014 et par la suite Indexé en fonction de l’augmentation du salaire industriel moyen

Note: Pour connaître votre plafond de cotisation au REER, veuillez consulter le site www.cra-arc.gc.ca.

Aux fins du plafond de cotisation au REER, le « revenu gagné » correspond à votre revenu total, c’est-à-dire votre revenu d’emploi, les pensions alimentaires reçues et le revenu d’entreprise ou de location. Les pensions alimentaires versées et les pertes d’entreprise ou de location viennent réduire le revenu gagné.

Votre facteur d’équivalence (FE) est le montant que vous et votre employeur avez cotisé au RRFAEC au cours de l’année précédente.

Vos propres droits de cotisation au REER pour l’année sont indiqués sur l’Avis de cotisation que vous recevez après avoir produit votre déclaration de revenus annuelle. Si vous cotisez moins que le maximum à votre REER pendant une année donnée, vous pouvez reporter vos cotisations inutilisées aux années ultérieures.

Voici un exemple du montant que vous pouvez cotiser à un REER :

En 2012, votre salaire s’élevait à 30 000 $, et vous et vos employeurs avez cotisé un total de 2 400 $ au RRFAEC. En fonction des limites de l’Agence du revenu du Canada, vos droits de cotisation au REER pour 2013 (soit le montant que vous pouvez y cotiser) s’établissent comme suit :

18 % x 30 000 $ : 5 400 $
Moins votre facteur d’équivalence (FE) pour 2013 : 2 400 $
Droits de cotisation en 2013 3 000 $

Selon cet exemple, vous pouvez cotiser 3 000 $ à un REER en 2013. Ce montant ne tient pas compte des cotisations inutilisées des années antérieures.

C’est important de tenir un suivi de vos cotisations au REER pour éviter de verser des cotisations excédentaires. La législation d’impôt permet une cotisation excédentaire viagère de 2 000 $. Les montants qui dépassent cette limite sont assujettis à une pénalité fiscale de 1 % par mois.

Connexion des fiduciaires Confidentialité Modalités d’utilisation